• open panel

Études supérieures : comment aider son enfant à réussir

ASSURANCE AUTO • HABITATION • PRÉVOYANCE • ÉPARGNE RETRAITE • ASSURANCE VIE • SYNDICS & PNO • ARTISANS- COMMERCANTS • PROFESSIONELS DU TOURISME•

Études supérieures : comment aider son enfant à réussir




Qu’il soit à l’université, dans une classe prépa, une école d’ingénieurs ou de commerce, le rythme de travail et le mode de vie du lycéen devenu étudiant change. Les parents peuvent préparer et accompagner cette évolution.

Adapter le rythme de travail

« Les étudiants qui intègrent l’université peuvent être grisés par une toute nouvelle liberté, au beau milieu d’un univers qu’ils découvrent parfois loin de chez eux. Il arrive qu’ils ne prennent pas assez rapidement la mesure du travail qui leur est demandé », explique Catherine Menuet, coach chez CarteCoach.fr, un service de coaching spécialisé dans l’accompagnement des jeunes. 
Les exigences ne sont plus celles du lycée. Il n’y a pas la même notion d’emploi du temps cadré, il y a moins de suivi et l’assiduité ne revêt pas le caractère absolu des classes pré-bac. Les parents peuvent donc accompagner leur enfant en mettant en place un planning de travail. Et ce dès les premiers jours. « Comptez une heure de travail personnel pour une heure de cours en amphithéâtre ou en TD (travaux dirigés) et TP (travaux pratiques) ». Et malgré un emploi du temps allégé, la charge de travail se révèle en fait importante. 
Le cas des écoles d’ingénieur ou de commerce est très différent. L’encadrement y est proche de celui du lycée, voire renforcé. « Et pourtant, certains étudiants décrochent. Ils ne réalisent pas qu’ils doivent quand même faire leurs preuves. Les étudiants et leurs parents pensent souvent qu’une fois l’école intégrée, c’est gagné. Les parents doivent donc rester vigilants. »

Apprendre à « décompresser »

Pour les jeunes intégrant une prépa ou une grande école, les difficultés sont tout à fait différentes. Dans un cadre en général strict, organisé et balisé, ils doivent être assidus, car la charge de travail est élevée. Parfois, les résultats ne correspondent pas aux attentes. Pour leur redonner confiance, les parents ont un rôle déterminant : « Ils doivent les aider à décompresser, ne pas parler uniquement des études, des concours, etc., et les rassurer sur leurs capacités afin qu’ils ne perdent pas confiance en eux ». 

Financer son logement  

Devenir étudiant signifie aussi la plupart du temps quitter le cocon familial pour une chambre en résidence universitaire, une colocation ou un logement individuel.
Outre les aides au logement attribuées par la CAF sous certaines conditions de ressources (APL, aide personnalisée au logement, et ALS, allocation de logement social), il est possible d’obtenir une avance Loca-pass. Celle-ci prend la forme d’un prêt à 0 % destiné aux étudiants boursiers, leur permettant de financer l’avance de la caution dans la limite de 500 €. Elle est remboursable tous les mois avec des mensualités minimum de 20 euros, dans la limite de 25 mois. La demande s’effectue auprès d’un organisme d’Action Logement. 
Au passage, si votre enfant continue à vivre chez vous, il vous est possible de déduire un forfait logement-nourriture de 3 407 € sur votre déclaration fiscale. Et ce sans justificatif.

Verser une pension alimentaire à son enfant

Vous épaulez financièrement votre enfant ? Sachez qu’une fois majeur, il peut établir sa propre déclaration fiscale. Dans ce cas, il est avantageux de lui verser une pension alimentaire : l’enfant ne paiera pas d’impôt sur cette pension et vous pourrez déduire la somme de votre revenu imposable.  
Pour un célibataire, le montant déductible est plafonné à 5 732 € (11 464 € pour une personne ayant un enfant à charge et 17 196 € pour un couple avec un enfant). Le jeune majeur établit sa déclaration d’impôt en y mentionnant la pension déduite par ses parents. 
Quant aux justificatifs, conservez les relevés bancaires et virements attestant du versement de la pension et le certificat de scolarité de l’enfant, la preuve qu’il nécessite bien une aide de votre part. 



Source link

Merci de remplir le formulaire ci-dessous

Pour toute demande d'informations


Agence de GrenobleDu Lundi au Vendredi: 9h - 12 h / 13h30 - 17h30

1 Place du docteur Léon MARTIN

38000 GRENOBLE

Votre contact :
Frédéric BEAUGRABD

Alexandre MAZZONE

Tel. 04 76 87 80 13

Fax. 04 76 87 80 05

Email : grenoble-sud@gan.fr

Frédéric Beaugrand Assurances GAN Grenoble
Click to activate map

Agence de VizilleLundi 14h - 18h, Mardi, jeudi 9h - 12h / 14h - 18h Mercredi et vendredi 9h - 12h / 13h30 - 17h30

26 Rue Jean Jaurès

38220 VIZILLE

Vos contacts :
Marianne RUFFINENGO

Tel. 04 76 68 00 63

Fax. 04 76 78 30 07

Email : vizille@gan.fr

Frédéric Beaugrand Assurances GAN Grenoble
Click to activate map

Agence de Bourg d'OisansLundi, Mardi AM, Mercredi, jeudi, Vendredi AM sur RDV au 04 76 68 00 63 , Permanence Mardi 9h - 12h Vendredi 9h - 12h

2 Béal de la Fontaine

38520 Le BOURG-d’OISANS

Vos contacts :
Marianne RUFFINENGO, Frédéric BEAUGRAND

Tel. 04 76 68 00 63

Fax. 04 76 78 30 07

Email : vizille@gan.fr

Frédéric Beaugrand Assurances GAN Grenoble
Click to activate map

Conformément à la loi Informatique et libertés n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d’un droit d'opposition, d'accès et de rectification des données vous concernant. Pour cela il vous suffit de nous le signifier par mail.

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plusAccepter